Parler du potager: légumes, aromates et expressions en vidéo

Dans ma dernière vidéo je vous montre mon potager. C’est l’occasion de voir le nom de certains légumes et plantes comestibles ainsi que quelques expressions imagées en contexte.

 

Ecouter l’émission

arrows-27815_640

 

9 Français sur 10 ont un petit coin à cultiver

balcon-terrasse-jardin-comment-faire-un-potager
https://www.femmeactuelle.fr/jardin/jardinage-les-conseils/balcon-terrasse-jardin-comment-faire-un-potager-38593

Le jardinage, pour beaucoup de Français, c’est loin d’être une corvée. Avoir un potager ce n’est plus une nécessité aujourd’hui, à l’heure où on trouve tous les légumes dont on a besoin dans n’importe quel supermarché. Et pourtant,  9 Français sur 10 auraient un petit coin à cultiver et 7 sur 10 ont un jardin. Alors ça peut être sur un terrain privé, mais aussi un jardin partagé ou loué, surtout si on habite en ville. Et puis il y a aussi de plus en plus de personnes qui cultivent des légumes et qui font pousser des fruits sur leur balcon ou leur terrasse. Pour beaucoup, aujourd’hui, jardiner c’est un vrai plaisir et c’est même un art de vivre. On allie l’utile à l’agréable puisqu’on produit une partie des légumes qu’on consomme tout en faisant une activité qui nous permet de nous détendre, de prendre l’air, de faire de l’exercice et de prendre soin de l’environnement.

Je fais donc partie de ces personnes qui aiment jardiner et cultiver leur potager.

Jardin, potager, verger

Un jardin, c’est un terrain sur lequel on cultive des végétaux utiles ou d’agrément. On peut avoir un jardin exclusivement ornemental, pour le plaisir des yeux et des narines, avec des fleurs, des arbres et arbustes, mais dans lequel on ne va rien produire de comestible. Par contre quand on parle du potager on fait référence à la partie dans laquelle on cultive les plantes qu’on utilise en cuisine et qui produisent des légumes ou des fruits que l’on consomme. Bref, tous les potagers sont des jardins mais tous les jardins ne sont pas forcément potagers. Quant au verger, c’est un terrain sur lequel on fait pousser des arbres fruitiers.

Le compost

compost-419261_1920

Quand on a un jardin potager il est indispensable de faire son compost. Ça permet de réutiliser les déchets végétaux qui partiraient à la poubelle et d’en obtenir un engrais naturel et gratuit. Faire son compost c’est un jeu d’enfant car il n’y a rien de plus simple. Il suffit de prévoir un petit coin où jeter les déchets végétaux. Une fois qu’ils sont bien décomposés on obtient une terre riche qu’on va mettre au pied des plantes ou qu’on va incorporer au sol avant plantation ou semis pour l’enrichir et apporter des nutriments. La matière organique retourne à la terre qui enrichit les légumes dont les déchets repartiront ensuite dans le compost.  De cette façon, rien de se perd et la boucle est bouclée!compost-709020_1920

Faire de la récup

cagettes-fleurs-225x300Mon jardin, je l’ai fait en matériaux de récupération. La récup, comme on dit couramment, c’est très en vogue de nos jours. Un peu comme le jardinage ou le bricolage, la récup c’était jadis une nécessité, mais aujourd’hui c’est un choix, un style de vie. On donne une seconde vie aux choses, on les récupère à droite à gauche et parfois on les détourne de leur fonction première. Ça fait moins de déchets au bout du compte et puis ça permet de dépenser notre argent là où on en a vraiment envie et pas dans des trucs qui ne sont pas indispensables.

Moi j’ai utilisé des planches, des traverses de chemin de fer, des parpaings, des ardoises, des palettes… Tout ça je l’ai trouvé sur place, sur le terrain lui-même. C’était des matériaux que les anciens occupants avaient laissés et que j’ai donc réutilisés pour donner un peu plus d’allure à mon jardin. Je préfère faire des buttes et des plates-bandes sur-élevées. Je trouve que ça fait plus propre, c’est plus pratique, ça se travaille mieux et ça permet d’avoir un sol plus riche. Les tuteurs aussi c’est de la récup puisque c’est du bambou. Le bambou c’est une plante assez envahissante et j’ai toujours de amis qui sont contents de m’en donner un peu. Je fais aussi des tuteurs avec les branches de noisetiers que je taille régulièrement.

Mon potager

Le potager que vous voyez, il n’est pas encore assez complet à mon goût. J’ai emménagé dans les lieux fin février et j’ai commencé à aménager le jardin en mars-avril. Donc au mois d’août ça ne faisait que quelques mois que j’avais commencé. Comme on dit, petit à petit, l’oiseau fait son nid; rien ne sert de courir, il faut partir à point; qui va lentement va sûrement; Rome ne s’est pas faite en un jour… bon je pourrais sûrement vous trouver d’autres proverbes dans le genre mais je vais m’arrêter là. Tout ça pour dire qu’avoir un beau potager ça demande du temps et que je l’améliorerai petit à petit, rien ne presse.

mon potager.png

Cet été dans mon potager, il y a bien sûr eu des légumes comme les concombres, les courgettes, les haricots, les bettes. C’est des plantes faciles d’entretien et qui poussent vite. J’ai aussi eu beaucoup de tomates. Alors la tomate c’est un fruit, même si ça se consomme plutôt dans des recettes salées. En fruits j’ai aussi eu quelques prunes et quelques pêches, pas mal de pommes, des fraises, des framboises, des noisettes mais ça on ne le voit pas dans la vidéo parce que ce n’était pas la bonne période.

J’ai également d’autres plantes comestibles, des aromates et des plantes médicinales. Dans les plantes comestibles, il y a la bourrache et l’arroche. Dans les aromates et les condiments, donc des plantes indispensables en cuisine, j’ai du thym, de la sarriette, du basilic, du persil, de l’estragon, du romarin, de la marjolaine, de la menthe, de la ciboulette, de la sauge, de la coriandre, du céleri. Alors, vous connaissez peut-être le céleri en tant que légume. On a le céleri branche, dont on mange les tiges et le céleri rave, dont on mange la racine. Mais il y a aussi une autre variété de céleri et c’est celle-là que j’ai au potager, c’est le céleri perpétuel et celui-là on l’utilise comme condiment.

balcony-397785_640L’avantage des aromates c’est que pour la plupart il suffit de les planter une fois pour en avoir ensuite à volonté. Le thym, le romarin, la marjolaine, c’est des plantes du sud mais qui s’adaptent bien au climat breton. Une fois que le plant est en terre il reste d’une année sur l’autre. C’est ce qu’on appelle les plantes vivaces. Elles s’étendent assez vite et on peut aussi les reproduire par bouturage. Pour faire une bouture c’est très facile, il suffit de couper une petit brin et de le planter plus loin. La menthe, la ciboulette, la sarriette, la sauge, le céleri perpétuel c’est aussi des plantes vivaces. En fait, toutes ces plantes je les ai ramenées de mon ancien potager. Ça permet d’avoir rapidement un jardin opérationnel sans avoir à racheter des plants à chaque fois. Par contre il y a d’autres plantes qui elles ne vont vivre qu’un an, ça c’est les plantes annuelles, comme le persil, la coriandre, le basilic. Il va donc falloir les resemer tous les ans, mais certaines se débrouillent toutes seules pour le faire. Et enfin, il y a certaines plantes comme l’estragon qui sous d’autres latitudes sont vivaces mais qui supportent difficilement le froid humide de la Bretagne l’hiver et qui vont donc vivre une année seulement dans notre région, à moins qu’on ne les protège du froid.

Pour finir je vous montre aussi des plantes médicinales comme la mélisse, la verveine et le millepertuis. Il y a beaucoup d’aromates qui sont aussi des plantes médicinales d’ailleurs, notamment le thym, le romarin, la sauge, la menthe. Ça se prend en infusion. Quant au millepertuis sauvage, on peut aussi en consommer les feuilles crues en salade. Moi j’aime bien observer les plantes qui arrivent spontanément dans mon jardin parce que parfois j’ai de bonnes surprises et je découvre des plantes sauvages comestibles ou ornementales que j’ai envie de garder.

Enfin, le souci, c’est une plante cultivée pour ses fleurs, qui sont aussi comestibles, et qui a une fonction importante au potager. Vous savez peut-être que le mot souci veut aussi dire « problème ». Voilà pourquoi on peut dire qu’avoir des soucis dans son jardin c’est pas un souci 😉

Expressions imagées

Dans la vidéo j’ai utilisé plusieurs expressions imagées tout à fait appropriées au potager. Est-ce que vous les avez comprises?

Ne pas coûter un radis radis: ça veut dire que ça ne coûte pas un rond, c’est gratuit.

Courir sur le haricot courirharicot.jpg

 

: une expression rigolote pour dire que quelque chose nous agace. énervé

En prendre de la graine prendre graines : c’est tirer une leçon, se servir d’un exemple ou d’une expérience pour en tirer les conséquences et déterminer son comportement à venir.

Compter pour des prunes prune : c’est compter pour du beurre, c’est-à-dire que ça compte pour rien, c’est négligeable, ça n’apporte rien. On peut l’utiliser pour parler d’une personne. Si quelqu’un compte pour des prunes ça veut dire qu’on ne tient pas compte d’elle, on l’ignore.

Devenir ou être rouge comme une tomate rouge tomate 2 : c’est assez explicite je pense. C’est quand on rougit, soit sous l’effet du soleil, soit parce qu’on a chaud ou encore parce qu’on a honte.

 

Et vous, vous aimez le jardinage? Discutons-en dans les commentaires!

Brochure la cuisine de Katy

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s